Politiques et stratégies de réduction des pertes post-récolte en Afrique subsaharienne : progrès et défis

18 mars 2022

La nécessité de démarches plus rigoureuses pour réduire les pertes post-récolte est largement reconnue. L'élaboration et la mise en œuvre des politiques sont cependant encore très lentes. Pour permettre aux pays d'élaborer et de mettre en œuvre des politiques post-récolte efficaces, Il est essentiel de comprendre et d'aborder les raisons de la lenteur du progrès, y compris le manque de données détaillées de pertes. APHLIS aide les pays à accéder aux informations dont ils ont besoin pour répondre à leurs engagements politiques nationaux et internationaux sur les pertes post-récolte

Producteurs de blé, Éthiopie. (Photo : Bioversity International. Certains droits réservés : CC BY-NC-ND 2.0) 

La 3e conférence et exposition panafricaine sur les pertes post-récolte "All Africa Postharvest" (AAPHCE, www.aaphce.com) a donné lieu à d'importantes sessions sur la gestion des pertes post-récolte, notamment sur la politique, la mesure, les causes et les impacts des pertes post-récolte. L'impact du COVID-19 sur les pertes post-récolte et les leçons à tirer pour les crises futures ont également été discutés. La session des stratégies politiques, animée par le personnel d'APHLIS, a examiné les progrès réalisés par les pays et les organismes régionaux dans le développement et la mise en œuvre de politiques et de stratégies visant à soutenir les objectifs de réduction des pertes post-récolte identifiés dans la Déclaration de Malabo de 2014 et les Objectifs de développement durable des Nations Unies de 2015. Dans le cadre de la Déclaration de Malabo, les gouvernements de l'Union africaine se sont engagés à réduire de moitié les pertes post-récolte d’ici 2025. Au niveau mondial, la troisième cible de l'objectif de développement durable 12 est de "réduire de moitié ...le gaspillage alimentaire par habitant, au niveau de la distribution comme de la consommation, et diminuer les pertes alimentaires tout au long des chaînes de production et d'approvisionnement, y compris les pertes après récolte", d'ici 2030".

Lors de l' AAPHCE, des représentants de la Tanzanie, de l`Éthiopie et du Zimbabwe ont présenté leurs stratégies de réduction des pertes post-récolte. L'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), un organisme économique régional, a également fait une présentation. L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Université du Zimbabwe ont participé à la session pour aborder des questions communes à tous les pays et examiner l'état en général de l'élaboration des politiques relatives aux pertes post-récolte sur le continent.

La présentation du Zimbabwe a mis l'accent sur le rôle que peut jouer la politique pour réduire au minimum les pertes post-récolte qui se sont intensifiées par suite d'une augmentation de la production végétale au cours de la saison 2019/2020. Le manque de données sur les dimensions des pertes post-récolte pose toujours un problème pour les décideurs et entrave le déploiement des ressources. La présentation a indiqué la nécessité d'aligner la stratégie des pertes post-récolte du Zimbabwe sur le Cadre national de politique agricole (National Agricultural Policy Framework, NAPF) actuel du pays.

La Tanzanie a élaboré sa stratégie de pertes post-récolte en 2018. La mise en œuvre de cette stratégie est en cours, avec un programme pilote réalisé dans 13 régions et 56 districts. Une plateforme technique relie les acteurs du secteur publique et du développement avec la communauté agricole et le secteur privé. Comme au Zimbabwe, le manque de données rend très difficile la gestion efficace des pertes et du gaspillage alimentaire. À la demande du ministère de l'agriculture, APHLIS collabore avec la Tanzanie au niveau de la collecte de données et du renforcement des capacités.

L'Éthiopie a présenté sa stratégie qui met l'accent sur l'amélioration de la gestion post-récolte le long des chaînes de valeur céréalières. La stratégie, faisant actuellement l'objet d'un projet pilote dans quatre régions, prévoit la création d'un groupe de travail technique post-récolte national dont les membres sont issus de la communauté agricole, des institutions de recherche, des partenaires de développement et du secteur privé. L'orateur a souligné le manque de données sur les pertes post-récolte et son effet négatif sur le suivi et l'évaluation.

L'IGAD est le seul organisme régional disposant d'une stratégie de soutien aux activités nationales de lutte contre les pertes post-récolte. Sa stratégie se concentre sur des interventions à niveau élevé et les besoins communs. La stratégie de l' IGAD accorde une grande importance au manque de données post-récolte détaillées – un problème dont tous les pays africains sont affectés.

La présentation de la FAO s'est concentrée sur le nouveau Code de conduite volontaire (CoC) pour la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires. Le Code de Conduite contient des principes et des normes personnalisables et reconnus à l'échelle internationale pour des pratiques responsables de réduction des pertes et du gaspillage alimentaires. Le Code de Conduite est une ressource précieuse pour le développement de stratégies et politiques post-récolte au niveau national.

La présentation de l'Université du Zimbabwe a traité de l'état du développement et de la mise en œuvre de politiques post-récolte en Afrique subsaharienne en général. La présentation reposait sur une étude réalisée par le Réseau d'analyse des politiques alimentaires, agricoles et des ressources naturelles (FANRPAN), un réseau panafricain qui fournit des preuves indépendantes pour guider les processus politiques aux niveaux national et régional. Les résultats de l'enquête montrent que les politiques évidentes de lutte contre les pertes post-récolte font défaut dans la région et que très peu de pays disposent de stratégies de gestion post-récolte. La collecte de données ainsi que la mesure des pertes post-récolte constituent des obstacles importants pour de nombreux pays.

APHLIS aide les pays d'Afrique subsaharienne à trouver les données complètes sur les pertes et les impacts dont ils ont besoin pour appuyer des politiques et des programmes efficaces de pertes post-récolte. APHLIS fournit des estimations de pertes post-récolte pour les cultures alimentaires de base aux niveaux national et infranational sur tout le continent, y compris le pourcentage perdu du poids, les pertes en tonnes et les impacts nutritionnels et financiers de ces pertes. Ces informations peuvent être utilisées pour renforcer les chaînes de valeur, améliorer la sécurité alimentaire, et surveiller l'efficacité des efforts de réduction des pertes. Pour plus d'informations, visitez www.aphlis.net ou contactez-nous à l'adresse info@aphlis.net.

Commentaires des utilisateurs

Actualités

Réduire les pertes post-récolte pour transformer des vies: l'exemple de la chaîn...
03 septembre 2022

Le sorgho est une culture essentielle au Ghana, pour la sécurité alimentaire ainsi que comme source de revenus des ménages. Principalement cultivé par des petits exploitan... En savoir plus ›

Le géant mondial de l'agro-industrie Olam Agri travaille avec des petits exploit...
27 juin 2022

Avec l'accent sur les marchés émergents à forte croissance, Olam Agri, le géant mondial dans la production agro-industrielle d'aliments, de fourrage et de fibre... En savoir plus ›

Politiques et stratégies de réduction des pertes post-récolte en Afrique subsaha...
18 mars 2022

La nécessité de démarches plus rigoureuses pour réduire les pertes post-récolte est largement reconnue. L'élaboration et la mise en œuvre des polit... En savoir plus ›

Suivi des pertes alimentaires en Afrique
03 novembre 2021

APHLIS aide quatre pays Africains à estimer les pertes post-récolte des principales cultures de racines et de tubercules - une première étape dans le développement... En savoir plus ›

Événement parallèle dans le cadre de l'AAPHCE: APHLIS - un outil d'appui à la ré...
08 septembre 2021

Cet événement parallèle est ouvert à tous les participants de l'AAPHCE. Introduction Des pertes considérables se produisent à différents... En savoir plus ›

Pertes post-récolte à l'ère du COVID-19
11 mars 2021

Voici exactement un an que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a officiellement qualifié le COVID-19 de pandémie. Depuis, le virus a balayé le monde entier, ave... En savoir plus ›

Un nouvel outil d'APHLIS estime les coûts financiers des pertes post-récolte
09 avril 2020

(valeurs financières mises à jour le 29 juillet 2022, d'après les données de prix actuelles) Il est généralement reconnu que les pertes post-r&ea... En savoir plus ›

APHLIS met en ligne un outil pour mesurer l'impact nutritionnel des pertes post-...
10 décembre 2019

(actualisé le 20 mars 2020 et le 25 février 2021) Les pertes post-récolte gaspillent non seulement les aliments, mais aussi le sol, l'eau, la main-d'œuvre et d&... En savoir plus ›

Pertes post-récolte et le chemin de la sécurité alimentaire
02 septembre 2019

Les pertes alimentaires désignent les pertes physiques en aliments ainsi que les pertes qualitatives qui peuvent réduire la valeur économique d'une culture ou la rendre impro... En savoir plus ›

Comprendre le rôle du genre par rapport aux pertes post-récolte
07 août 2019

L'un des plus grands défis de la recherche et du développement agricoles consiste à nourrir la population mondiale croissante - qui devrait atteindre 8.5 milliards d'ici... En savoir plus ›