2017-07-27

Amélioration des pratiques post-récolte au Rwanda

L'agriculture, pilier de l'économie rwandaise, contribue à 80% de l'emploi, principalement dans des petites exploitations. L'agriculture répond à 90% des besoins alimentaires nationaux et produit plus de 50% des revenus d'exportation du pays. Après les dévastations du génocide de 1994, le gouvernement a attribué des ressources considérables au développement agricole, avec le résultat d' une forte augmentation de la production, une amélioration de la sécurité alimentaire ainsi qu'une réduction de la pauvreté de 57 à 45%.

La nature fragmentée de la production agricole du Rwanda - les paysans exploitent de nombreuses parcelles (souvent petites) éparpillées - représente un défi majeur pour le transport des produits au marché. De plus, les petits exploitants manquent de capital, d'infrastructure et de savoir-faire pour pouvoir efficacement stocker, transporter et vendre les récoltes en surplus. Par conséquence, des  pertes post-récolte fréquentes réduisent les revenus des paysans et élèvent les prix à la consommation.

En 2009, un projet d'USAID sur la manutention et le stockage post-récolte a été lancé pour établir un système de marchés au Rwanda permettant aux paysans de founir des produits agricoles de valeur supérieure - notamment mais, haricots et riz - à base d'une solide chaîne de valeur post-récolte. L'approche du projet - conclu en 2013 - consistait dans un partenariat public-privé pour réduire les pertes post-récolte, engageant à la fois des décideurs politiques, des banques, la société civile, des coopératives et des petits exploitants.

En 2011, PHHS et le Ministère de l'Agriculture demandent à APHLIS d'aider à estimer les pertes post-récolte au Rwanda comme soutien à la gestion de projets et à la prise de décision politique. APHLIS a donc extrait les données de production et saisonnières des rapports gouvernementaux. Ensuite, APHLIS a instruit les agents de terrain locaux sur l'utilisation de son outil d'enquête au niveau des ménages agricoles, afin d'identifier les principaux facteurs des pertes post-récolte. Une fois l'enquête effectuée, APHLIS a colllaboré avec les partenaires du projet pour analyser les données et pour produire les estimations des pertes pour le ministère.

Lors des considérations sur un futur suivi des études de 2011, les partenaires se sont montrés inquiets sur le fait qu' APHlIS ne pourrait pas prédire assez précisément les pertes rwandaises, vu que le modèle utilisé pour produire les estimations s'appuie fortement sur des données secondaires. Le ministère a donc demandé au projet le soutien dans le développement d'un outil d'enquête spécifique au Rwanda. Une nouvelle enquête a été faite en 2012, au cours de laquelle une grande quantité de données a été recueillie sur les pertes agricoles au long de la chaîne de valeur. Des agents de vulgarisation ont été formés pour montrer des échantillons réels de produits endommagés afin de permettre aux paysans d'estimer leurs pertes plus précisément lors de la collecte des données.

Les données de 2012 se sont avérées être très proches des chiffres produits par APHLIS. Ceci indique que l'approche variée et décentralisée d'APHLIS rassemblant des informations extraites de la littérature scientifique et à l'aide du réseau d'experts est presque aussi efficace et beaucoup moins coûteuse que les études de terrain faites sur mesure.

Le projet laisse également entrevoir le rôle important qu'APHLIS détient en tant que centre d'information et pour le renforcement des capacités au niveau des pertes post-récolte. Grâce à APHLIS, le gouvernement et les agriculteurs ont réussi à reconnaître le profit potentiel économique résultant d'une amélioration des pratiques post-récolte, prenant en compte, par la suite, des cultures qui sinon n'auraient pas été considérées. Le personnel du ministère est à présent parfaitement qualifié pour l'analyse des pertes post-récolte, si bien que le ministère a commencé de produire ses propres estimations pour le mais; les haricots et le riz suivront bientôt. Le partenariat entre APHLIS, USAID et le ministère du Rwanda a été très efficace dans le développement d'un système de suivi des pertes post-récolte et dans le renforcement des capacités du gouvernement pour un suivi continu à l'avenir.

Actualités

06/09/2018 APHLIS accueillit ses ambassadeurs de 23 nations Africaines

Une rencontre d'experts post-récolte d'Afrique subsaharienne à eu lieu au Rwan...

En savoir plus

27/03/2018 Improving crop postharvest management at scale will reduce losses, improving food and nutrition security and incomes

The Bellagio Statement on Postharvest Management, released 26 March 2018, is a call to action t...

En savoir plus

04/10/2017 APHLIS contribue au suivi des Objectifs de Développement Durable

Le chef du projet APHLIS+, Dr. Bruno Tran, ainsi que Prof. Brighton Mvumi (University of Zimbabwe),...

En savoir plus

27/07/2017 Présentation du nouveau site Web d’APHLIS

Bienvenue à la première d’une série de mises à jour visant à améliorer l’accessibilité des données A...

En savoir plus

27/07/2017 Amélioration des pratiques post-récolte au Rwanda

L'agriculture, pilier de l'économie rwandaise, contribue à 80% de l'emploi, principalement dans des...

En savoir plus

27/07/2017 Estimer les pertes nutritionnelles post-récolte - le projet Nutri-P-Loss

Les pertes et le gaspillage alimentaires post-récolte sont estimés globalement à 1,3 milliards de to...

En savoir plus

Commentaires des utilisateurs