2017-07-27

Estimer les pertes nutritionnelles post-récolte - le projet Nutri-P-Loss

Les pertes et le gaspillage alimentaires post-récolte sont estimés globalement à 1,3 milliards de tonnes par an. Ces pertes ont un impact considérable sur la sécurité économique et alimentaire, en particulier pour les populations des pays en développement. Un nouveau projet nous aide actuellement - pour la première fois - à comprendre les implications nutritionnelles des pertes post-récolte.


Des méthodologies et outils ont été mis au point à travers APHLIS (Système d’informations africain sur les pertes post-récolte) qui nous permettent d’estimer les pertes de poids au cours des étapes des chaînes de valeur post-récolte et, en moindre mesure, la valeur économique de ces pertes. Cependant, il n’existe pour l’instant aucune méthodologie permettant d’estimer les pertes nutritionnelles post-récolte.


Le projet NUTRI-P-LOSS examinera les pertes post-récolte en fonction de leur composition nutritionnelle, y compris les quantités perdues de vitamines, minéraux et protéines. Ce projet élabore actuellement une méthodologie permettant d’estimer les pertes nutritionnelles post-récolte à tous les stades des chaînes de valeur des cultures alimentaires dans les pays à revenu faible et intermédiaire - le premier à le faire dans ce domaine.


NUTRI-P-LOSS se concentrera sur des cultures importantes pour la sécurité alimentaire : niébé, maïs et patate douce, et sur les pertes de macronutriments (protéines, lipides, glucides) et des micronutriments considérés comme les plus importants sur le plan des carences (vitamine A, zinc et fer).
À l’aide d’une combinaison de revues documentaires, d’études en laboratoire et de vérifications sur le terrain en Ouganda et au Zimbabwe, ce projet générera un modèle permettant de prédire les pertes de nutriments. Cet outil sera relié à la nouvelle plateforme en ligne d’APHLIS+, qui englobe un nombre accru de cultures et de types de données, y compris les pertes en poids et économiques.

NUTRI-P-LOSS estimera les pertes nutritionnelles par rapport

  • aux pertes nutritionelles quantitatives liées aux perte de poids sec (à base des méthodologies développées pour les pertes de poids)
  • aux pertes nutritionelles qualitatives dues à la détérioration d'une culture récoltée et de ses nutriments

Les étapes de la méthodologie sont les suivantes :
  • Estimer les pertes de poids physique à l’aide de données issues de documents scientifiques, et les pertes qualitatives à l’aide de données documentaires ainsi que d’expériences en laboratoire.
  • Introduire les données dans un modèle prédictif basé sur un algorithme qui peut être utilisé pour les estimations des pertes nutritionnelles post-récolte. Le cas échéant, l’analyse nutritionnelle en laboratoire sera effectuée sur des échantillons de cultures sélectionnés.
  • Faire des tests sur le terrain pour valider les données obtenues grâce au modèle prédictif.
  • Enfin, affiner le modèle et le mettre à la disposition des utilisateurs par l’intermédiaire du site d’APHLIS.



La mesure des pertes nutritionnelles au long de la chaîne de valeur approfondira notre compréhension de la dimension quantitative et qualitative de ces pertes, ce qui est essentiel pour comprendre la contribution des interventions agricoles envers l’amélioration de l'alimentaion. Cet outil peut être utilisé pour générer des études de cas qui soutiennent les recommandations de politiques à propos des implications nutritionnelles de la réduction des pertes post-récolte.


Cette approche permet au réseau d'APHLIS de diffuser - d'une manière durable et efficace - la méthodologie envers d’autres pays et de l’appliquer à d’autres types de cultures (céréales, légumineuses, et racines et tubercules).
Ce projet de deux ans (250 000 livres britanniques), dirigé par l’Institut des ressources naturelles de l’Université de Greenwich, est mené en partenariat avec des scientifiques de l’Université du Zimbabwe, des National Agricultural Research Laboratories de Kawanda en Ouganda (NARL), du Centre international de la pomme de terre (CIP), de la Purdue University et de l’Iowa State University, États-Unis, dont certains prennent part au projet APHLIS+.


Ce projet s’inscrit dans l’initiative de recherche appelée IMMANA (Innovative Metrics and Methods for Agriculture and Nutrition Actions - Mesures et méthodes innovantes pour les actions en matière d’agriculture et de nutrition), qui est financée par le Département britannique pour le développement international (DFID) et coordonné par le Leverhulme Centre for Integrative Research on Agriculture and Health (LCIRAH).

IMMANA | DFID | Dr Bechoff’s profile | APHLIS+ | NARL | CIP | Purdue | Iowa State


Actualités

06/09/2018 APHLIS accueillit ses ambassadeurs de 23 nations Africaines

Une rencontre d'experts post-récolte d'Afrique subsaharienne à eu lieu au Rwan...

En savoir plus

27/03/2018 Improving crop postharvest management at scale will reduce losses, improving food and nutrition security and incomes

The Bellagio Statement on Postharvest Management, released 26 March 2018, is a call to action t...

En savoir plus

04/10/2017 APHLIS contribue au suivi des Objectifs de Développement Durable

Le chef du projet APHLIS+, Dr. Bruno Tran, ainsi que Prof. Brighton Mvumi (University of Zimbabwe),...

En savoir plus

27/07/2017 Présentation du nouveau site Web d’APHLIS

Bienvenue à la première d’une série de mises à jour visant à améliorer l’accessibilité des données A...

En savoir plus

27/07/2017 Amélioration des pratiques post-récolte au Rwanda

L'agriculture, pilier de l'économie rwandaise, contribue à 80% de l'emploi, principalement dans des...

En savoir plus

27/07/2017 Estimer les pertes nutritionnelles post-récolte - le projet Nutri-P-Loss

Les pertes et le gaspillage alimentaires post-récolte sont estimés globalement à 1,3 milliards de to...

En savoir plus

Commentaires des utilisateurs