APHLIS accueillit ses ambassadeurs de 23 nations Africaines

06 September 2018

Une rencontre d'experts post-récolte d'Afrique subsaharienne à eu lieu au Rwanda en août, ayant pour objectif d'examiner le défi que représente la collecte de données de pertes post-récolte. Les participants se sont engagés à trouver des solutions, notamment en sensibilisant les décideurs politiques, les bailleurs de fonds et les spécialistes agricoles à l'impact négatif de ces pertes.


Les experts subsahariens en post-récolte, rassemblés à Kigali pour aborder le défi de la collection et du partage des données de pertes.
 

La réunion de Kigali à été convoquée par APHLIS, le Système d'Information de pertes post-récolte en Afrique. Fondé en 2009, APHLIS est la principale initiative internationale de collection et d'analyse de données post-récolte. Son objectif est de calculer et de propaguer des estimations de pertes post-récolte en Afrique subsaharienne où, selon les cultures concernées, 15 à 40 % de la production agricole risquent d'être perdus avant que le produit atteigne le consommateur. Il est très difficile et coûteux de mesurer ces pertes directement, d'où les données sont rarement disponibles. "Des données fiables sont indispensables pour pouvoir prendre des décisions stratégiques sur les programmes de réduction des pertes", dit M. Innocent Musambyimana, ancien Secrétaire permanent au Ministère rwandais de l'Agriculture et des Ressources Animales et membre du Comité de pilotage d'APHLIS. "Pourtant les données sont rares et les chiffres disponibles sont souvent peu fiables ou fondés sur des perceptions individuelles".

APHLIS, ayant à l'origine débuté avec les cultures céréalières, ajoute à présent à son mandat les légumineuses (haricot, arachide et niébé) ainsi que les racines et tubercules (manioc et patate douce). Des experts ont analysé les systèmes post-récolte de ces nouvelles cultures et ont élaboré des approches potentielles pour obtenir des données pertinentes et fiables sur l'ampleur des pertes.


Dr. Charles Murakesi, Directeur Général du Développement Agricole, Ministère de l'Agriculture et des Ressources Animales, Dr. Charles Bucagu, Directeur adjoint, Recherche Agricole et Transfert Technologique, Conseil rwandais de l'Agriculture et des Ressources Animales, et M. Innocent Musabyimana, Ancien Secrétraire Permanent, Ministère de l'Agriculture et des Ressources Animales, tous trois s'adressant au groupe d'experts.
 

"Les légumineuses et les racines et tubercules sont des cultures essentielles pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique subsaharienne", explique Dr. Tanya Stathers, Directrice de Recherche à l'NRI (Natural Resources Institute) de l'Université de Greenwich et membre de l'équipe de base d'APHLIS. "Toute perte affectant ces cultures déprive les petits exploitants de leur nourriture et de leurs revenus, et peut causer une hausse des prix, réduisant ainsi l'accès à la nourriture. Il est important de rassembler des informations sur "où" et "quand" ces pertes surviennent au long de la chaîne de valeur post-récolte - comme APHLIS le fait depuis plusieurs années pour les céréales - pour pouvoir ensuite déterminer les interventions post-récolte nécessaires."


Les participants ont confirmé qu'il faut nécessairement assurer que les données post-récole parviennent aux personnes-clé, et se sont donc engagés à jouer le rôle d'ambassadeurs pour APHLIS. "APHLIS livre des estimations de pertes fiables pour l'Afrique subsaharienne", dit Dr. Bruno Tran, coordinateur du projet APHLIS. "Nos estimations se fondent sur des publications scientifiques et sur le savoir local fourni par les experts des cultures dans chaque pays. Le réseau d'experts post-récolte et d'ambassadeurs APHLIS assurera que l'information atteind les bailleurs de fonds et les décideurs politiques. Ainsi les initiatives de développement pourront être ciblées stratégiquement pour augmenter l'efficacité, y compris la rentabilité,  des systèmes agricoles."


La Fondation Bill and Melinda Gates (BMGF) soutient et finance l'expansion des activités d'APHLIS au sein du projet APHLIS+. Cette expansion inclut l'élargissement de la gamme de cultures prises en compte, l'ajout des dimensions économique et nutritionnelle aux estimations des pertes post-récolte, l'amélioration de l'algorithme et la mise à jour du site web et des services.

Commentaires des utilisateurs

Actualités

Pertes post-récolte et le chemin de la sécurité alimentaire
02 September 2019

IntroductionLes pertes alimentaires désignent les pertes physiques en aliments ainsi que les... En savoir plus ›

Comprendre le rôle du genre par rapport aux pertes post-récolte
07 August 2019

L'un des plus grands défis de la recherche et du développement agricoles consiste... En savoir plus ›

Une nouvelle série de cartes pour avertir des risques d'aflatoxine
26 March 2019

APHLIS produit des cartes livrant des alertes précoces aux risques de contamination d'afl... En savoir plus ›

Données de pertes post-récolte au profit de la politique de l'alimentation en Af...
06 March 2019

APHLIS joue un rôle principal dans l'effort d'augmenter l'usage d'informations... En savoir plus ›

Changement climatique et pertes post-récolte
25 February 2019

La réduction des pertes post-récolte va être essentielle pour nourrir le monde,... En savoir plus ›

APHLIS accueillit ses ambassadeurs de 23 nations Africaines
06 September 2018

Une rencontre d'experts post-récolte d'Afrique subsaharienne à eu lieu au Rwan... En savoir plus ›

Bellagio Statement on Postharvest Management
27 March 2018

The Bellagio Statement on Postharvest Management, released 26 March 2018, is a call to action to red... En savoir plus ›

APHLIS contribue au suivi des Objectifs de Développement Durable
04 October 2017

Le chef du projet APHLIS+, Dr. Bruno Tran, ainsi que Prof. Brighton Mvumi (University of Zimbabwe),... En savoir plus ›

Présentation du nouveau site Web d’APHLIS
27 July 2017

Bienvenue à la première d’une série de mises à jour visant &agrave... En savoir plus ›

Amélioration des pratiques post-récolte au Rwanda
27 July 2017

L'agriculture, pilier de l'économie rwandaise, contribue à 80% de l'emploi, principalement dans des... En savoir plus ›