APHLIS met en ligne un outil pour mesurer l'impact nutritionnel des pertes post-récolte

10 December 2019

Les pertes post-récolte gaspillent les aliments, ainsi que la terre, l'eau, la main-d'œuvre et les autres intrants utilisés dans production des aliments. Un nouvel outil d'APHLIS révèle l'impact considérable de ce genre de pertes sur les besoins nutritionnels des individus.

Bioversity International. Some rights reserved: CC BY-NC-ND 2.0 Les pertes post-récolte affectent la disponibilité des nutriments à plusieurs niveaux de la chaîne alimentaire. Avec les grains dispersés ou négligés lors de la récolte les nutriments qu'ils contiennent sont également perdus. Il en est de même quand les produits récoltés tombent du chariot pendant le transport ou lorsque la récolte est partiellement ou entièrement détruite par des ravageurs lors du stockage. La perte d'un aliment signifie que les nutriments ne sont plus disponibles pour la consommation humaine.

Le système d'information Africain sur les pertes post-récolte a été créé en 2009 en réponse aux appels des agences de développement à une compréhension plus nuancée des pertes post-récolte en Afrique subsaharienne. Le but initial d'APHLIS (2009-2014) consistait à collecter, analyser et diffuser des données sur la quantité de grains de céréales perdus au cours de la récolte, du séchage, du battage, du stockage et du transport. Puis, jusqu’à l’heure actuelle, les estimations de pertes d’APHLIS utilisent des données documentées dans la littérature scientifique qui sont ensuite contextualisées à l'aide de donnés post-récolte fournies par un réseau d'experts locaux. Dans une première phase, APHLIS a débuté avec des estimations de pertes post-récolte pour neuf cultures céréalières principales aux niveaux provincial et national dans 38 pays d'Afrique subsaharienne.

Dans le cadre de la seconde phase du projet APHLIS (2015-2020), soutenue par la Fondation Bill and Melinda Gates, la gamme des cultures est élargie pour inclure les cultures principales de légumineuses et de racines & tubercules des systèmes alimentaires africains. La phase 2 inclut également le développement d'outils destinés à estimer l'influence des pertes post-récolte sur la nutrition humaine et les systèmes économiques.

L'outil de calcul des impacts nutritionnels des pertes post-récolte a été mis en ligne en septembre (https://www.aphlis.net/), après trois ans de développement. En sélectionnant un pays et une culture spécifique, l'utilisateur découvre quelle quantité d'un nutriment particulier est perdue par année (à partir de 2010), et quel est le nombre d'individus dont les besoins alimentaires n'ont pas pu être satisfaits suite à ces pertes.

L'information des pertes nutritionnelles, tout comme les estimations des pertes quantitatives d'APHLIS, est disponible au niveau national et infranational.

L'outil des pertes nutritionnelles post-récolte (NPHL) se sert d'études de composition des aliments pour déterminer la quantité de différents nutriments normalement présents dans les cultures traitées par APHLIS. Les données de composition des aliments comprennent la valeur énergétique ainsi que les nutriments tels que les glucides, protéines, lipides, fibres alimentaires, le calcium, le fer, le zinc, le folate, la vitamine A et la vitamine C. Les variétés d'une culture peuvent varier en termes de teneur relative des nutriments, et l'emplacement et les conditions locales de production peuvent également affecter la teneur en nutriments. Jusqu'à présent, des données détaillées ne sont pas encore disponibles sur la composition nutritionnelle de différentes variétés cultivées dans différentes conditions locales ou dans différents endroits. Toutefois, pour aider à prendre en compte certaines des différences variétales entre les régions, l'outil NPHL offre le choix entre quatre tables de composition des aliments (table de la Tanzanie, de l'Afrique de l'Ouest, du Lesotho, et banque de données du Département de l'agriculture des États-Unis) ; ces tables fournissent les données représentatives de la composition nutritionnelle des cultures principales produites en Afrique subsaharienne. Des tables de composition des aliments ou des données supplémentaires pourront être ajoutées.

L'outil NPHL utilise la quantité des nutriments perdus pour déterminer le nombre d'individus dont les besoins alimentaires annuels auraient pu être satisfaits si les pertes n'avaient pas eu lieu. La quantité des nutriments perdus se calcule en multipliant la quantité en tonnes des pertes post-récolte à un endroit donné (sur la base des chiffres de pertes APHLIS) par la teneur respective en nutriments de la culture en question (déterminée à partir de la table de composition des aliments sélectionnée). L'outil utilise la moyenne pondérée nationale des besoins en nutriments pour afficher le nombre d'individus dont les besoins nutritionnels annuels n'ont pas pu être satisfaits suite aux pertes post-récolte d'une culture.

Les besoins nutritionnels sont spécifiques des groupes d'âge (âge, sexe, état de grossesse ou d'allaitement) et des niveaux d'activité physique. Les calculs prennent en compte les besoins alimentaires des différents groupes d'individus (p. ex. femmes en âge de procréer, enfants) pour déterminer l'impact des pertes nutritionnelles post-récolte sur les différents groupes d'âge. Les méthodes de décorticage, de mouture et de cuisson affectent la composition et la disponibilité des nutriments dans les aliments produits à partir de céréales et d'autres cultures. La calculatrice NPHL affiche les pertes post-récolte de nutriments au niveau des graines sèches stockées, avant la mouture ou la cuisson. L'outil a été soigneusement vérifié par une équipe de nutritionnistes et d'experts post-récolte en 2018.

"Les valeurs révélées par le calculateur NPHL montrent que les pertes post-récolte même d'une seule culture céréalière de base d'un pays signifient que les besoins nutritionnels annuels de millions d'individus sont perdus", a déclaré Dr. Tanya Stathers, qui a dirigé le développement de l'outil. "Nous avons l'espoir que la création et la mise à disposition de ces informations engendreront une meilleure prise en compte des coûts très humains des pertes post-récolte en Afrique et conduiront à des interventions ciblées pour réduire les pertes post-récolte.”

Impacts nutritionnels des pertes post-récolte (données de 2018)

  • En Éthiopie, les pertes post-récolte de maïs étaient équivalentes au besoin annuel en glucides d'environ 12 millions d'enfants de moins de cinq ans. 
  • En Éthiopie, plus de 400.000 tonnes de sorgho ont été perdues après la récolte, ce qui correspond au besoin énergétique annuel (kcal) de plus de 1,7 millions d'individus de moyenne pondérée. 
  • Au Togo, les pertes post-récolte de maïs étaient équivalentes au besoin annuel en glucides de plus de 1,4 millions d'enfants de moins de cinq ans. 
  • Au Burkina Faso, les pertes post-récolte de mil égalaient le besoin annuel en protéines d'environ 640.000 femmes en âge de procréer. 
  • Au Sénégal, les pertes post-récolte de riz correspondaient au besoin énergétique de plus de 417.000 enfants de moins de cinq ans. 
  • Au Sénégal, les besoins annuels en fer de plus de 900.000 femmes en âge de procréer ont été perdus en raison des pertes post-récolte de mil.


L'ajout de l'angle nutritionnel à l'évaluation des pertes post-récolte va permettre aux décideurs, donateurs et chercheurs de décider sur quels investissements et quelles activités l'accent devra être mis pour réduire les pertes et améliorer la nutrition. La compréhension de l'impact des pertes post-récolte sur la nutrition pourrait aider les leaders Africains à élaborer et à hiérarchiser leurs programmes pour répondre à leur engagement prévu par la Déclaration de Malabo qui oblige les pays à réduire de moitié le niveau actuel des pertes post-récolte d'ici 2015. À ce jour, seulement cinq des 54 pays du continent ont livré des données pertinentes de pertes post-récolte sur leur territoire.

APHLIS a également publié un outil pour calculer la valeur financière des pertes post-récolte en Afrique subsaharienne. Cet outil supplémentaire contribuera certainement de manière importante à comprendre comment les pertes post-récolte affectent les économies africaines et la subsistance des paysans.

Commentaires des utilisateurs

Actualités

APHLIS met en ligne un outil pour mesurer l'impact nutritionnel des pertes post-...
10 December 2019

Les pertes post-récolte gaspillent les aliments, ainsi que la terre, l'eau, la main-d'... En savoir plus ›

Pertes post-récolte et le chemin de la sécurité alimentaire
02 September 2019

IntroductionLes pertes alimentaires désignent les pertes physiques en aliments ainsi que les... En savoir plus ›

Comprendre le rôle du genre par rapport aux pertes post-récolte
07 August 2019

L'un des plus grands défis de la recherche et du développement agricoles consiste... En savoir plus ›

Une nouvelle série de cartes pour avertir des risques d'aflatoxine
26 March 2019

APHLIS produit des cartes livrant des alertes précoces aux risques de contamination d'afl... En savoir plus ›

Données de pertes post-récolte au profit de la politique de l'alimentation en Af...
06 March 2019

APHLIS joue un rôle principal dans l'effort d'augmenter l'usage d'informations... En savoir plus ›

Changement climatique et pertes post-récolte
25 February 2019

La réduction des pertes post-récolte va être essentielle pour nourrir le monde,... En savoir plus ›

APHLIS accueille ses ambassadeurs de 23 nations Africaines
06 September 2018

Une rencontre d'experts post-récolte d'Afrique subsaharienne à eu lieu au Rwan... En savoir plus ›

Bellagio Statement on Postharvest Management
27 March 2018

The Bellagio Statement on Postharvest Management, released 26 March 2018, is a call to action to red... En savoir plus ›

APHLIS contribue au suivi des Objectifs de Développement Durable
04 October 2017

Le chef du projet APHLIS+, Dr. Bruno Tran, ainsi que Prof. Brighton Mvumi (University of Zimbabwe),... En savoir plus ›

Présentation du nouveau site Web d’APHLIS
27 July 2017

Bienvenue à la première d’une série de mises à jour visant à... En savoir plus ›